Pour notre part, nous avons volontairement tu nos divergences au sein de l’UFR pour ne pas ajouter à la confusion semée par les propos fantaisistes des acteurs de l’opposition armée tchadienne. Nous avons donc décidé de rompre le silence, de dire un minimum, et le reste en temps utile. A propos du cinquantenaire de l’indépendance du Tchad, nous avons noté que les «festivités » ont été repoussées à 2011 pour « retard des travaux devant donner un éclat particulier » à ce demi-siècle tourmenté de l’histoire récente de notre pays. Mais ce report n’a pas empêché le Président de remettre en cause les conditions de la présence militaire française. Cette présence est ininterrompue (à trois ans près) au TCHAD depuis le début de la conquête coloniale.

Nous sommes simplement surpris que c’est le Président qui a le plus bénéficié du bouclier qu’est cette présence qui découvre subitement qu’elle n’est plus compatible avec...Lire

Partager cette page