Pour commémorer le 4ème anniversaire de la disparition de l’opposant Ibni Oumar M. Saleh, la Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution (CPDC) a organisé du 03 au 4 février 2012 une conférence débat au Centre Al Mouna et a fait une déclaration solennelle au siège du Parti pour les Libertés et le Développement (PLD).

Cette conférence-débat, axée sur la disparition de l’opposant tchadien, est animée respectivement par le député Gali Ngoté Gata et le Président de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) Massalbaye Ténébaye. En effet, le Secrétaire Général du PLD, Ibni Oumar Mahamat Saleh a été enlevé à son domicile par les militaires venus à bord d’un Toyota aux environs de 17h 30 lors des événements du 2 au 3 février 2008.

Le président de la LTDH, Massalbaye Ténébaye a indiqué que la commission d’enquête qui a été mise en place a auditionné 1600 personnes et a remis son rapport au gouvernement tchadien. Pour le conférencier, la responsabilité de la disparition de l’opposant Ibini Oumar M. Saleh incombe au gouvernement tchadien. 

Pour le porte parole adjoint de la CPDC M. Saleh Kebzabo, le gouvernement tchadien doit impérativement mettre sur pied un nouveau pool judiciaire doté de moyens conséquents et travaillant sur la base d’une feuille de route précise avec des obligations des résultats immédiats. Saleh Kebzabo a souligné par ailleurs que si la mauvaise foi du Gouvernement devait persister, des dispositions seront prises pour que le dossier soit transféré à une juridiction internationale sous l’accusation de crime de guerre et de crime contre l’humanité.

Dans sa déclaration solennelle, La CPDC a souligné que de tout temps, les tchadiens se sont battus contre des régimes dictatoriaux qui se sont succédés depuis l’indépendance, pour arracher leur liberté et conquérir de nouveaux espaces de démocratie. Selon le document, malgré cette volonté affichée par les tchadiens, le gouvernement ne les a pas aidés.

Yonwa Maïlébélé

Tag(s) : #POLITIQUE TCHAD

Partager cet article