2Le Tchad est un pays en dérive ; le règne de la « Debyfole » qui a duré des décennies est à l’origine de cette catastrophe. Ce pays à des immenses ressources qui lui permettront d’accéder au moins à l’autosuffisance alimentaire. Malheureusement ; il est aujourd’hui touché par la famine, et des milliers des enfants meurent de faim.


Bon nombre des Organisations non gouvernementales européennes interviennent au Tchad. Elles doivent normalement savoir se qu’y passe dans ce malheureux pays. Quelque soit les interventions des ONG ; le Tchad n’échappera pas à ces genres de crises.


 Il y a un problème de gouvernance au Tchad, il faut d’abord résoudre cette question ?


 Les ONG, au lieu de faire pression auprès des États occidentaux, donateurs, pour changer cette situation institutionnelle unique dans son genre ; préfèrent d’intervenir en humanitaire. Nous ne pouvons ignorer les efforts des ONG ; mais mieux vaut prévenir que guérir. Tant que la question de la gouvernance n’a pas été résolue, le Tchad n’échappera pas à la famine ; ce pays a un climat défavorable, et en grande partie désertique.

Cependant, sans réelle volonté politique des gouvernants, de la question alimentaire et sanitaire, le spectre de la famine et des épidémies ne s’éloignera plus. La mauvaise gouvernance est volontairement instituée par le despote Idriss Deby ; en nommant les membres de son clan, aux régis financières de l’ État ; à promouvoir l’incompétence et la corruption au sein de l’administration publique territoriale... Une façon absurde de faire profiter ses proches. Donc, les aides au développement, des Etats amis, des ONG et autres, sont détournées par les hommes au pouvoir.

Le Tchad étant un pays pétrolier, peut à lui seul mobiliser des moyens, pour lutter contre la famine, en vain, rien, que des mensonges. Les discours propagandistes et mensongers du despote se confirment, enfin ! La manne pétrolière a servit, à enrichir le clan, créer des nouveaux riches et changer le décor de la capitale. Le pays est en déliquescence, l’administration publique désarticulée, un pays dirigé, non pas par des institutions réelles ; mais un homme et son clan. Voilà, la réalité tchadienne…

Pendant, combien de temps, ces ONG aideront les tchadiens à lutter contre la faim ?

 

Par Mahamat Hassane Boulmaye 

Tag(s) : #TCHAD

Partager cet article