Selon celle-ci, la proposition de faire écouler le brut tchadien par le pipeline soudanais a été suggérée à Deby par les soudanais eux-mêmes ; car depuis que le Sud soudan a acquis son indépendance et que le Pétrole soudanais lui est entièrement revenu, le pipeline soudanais est devenu de l’acier enterré dans le désert sans aucune valeur d’autant plus que les soudanais sont entrain de chercher d’autres alternatives pour évacuer leur brut. Aussi, les soudanais cherchent-ils des clients pour rentabiliser leur quincaillerie devenue obsolète sans le pétrole du sud. Et Deby semble être une proie facile. Toujours est-il que Deby aurait donné son accord ce dont la presse soudanaise fait largement l’écho.

De n’importe quel point potentiellement pétrolier jusqu’à Kribi, ç’est un maximum de 1500KM, par contre jusqu’au port soudan, au bas mot ce sont 5000KM à traverser sans parler des difficultés avec les arabesques chinoiseries. En matière de choix économiques rentables, Deby y excelle.

Beremadji Félix
N’djaména - Tchad