Du pétrole chinois pour l’oléoduc Tchad-Cameroun

 

(Agence Ecofin) - Le transport des productions de la China National Petroleum Corporation à travers le pipe line va sans doute accroître les recettes de l’Etat camerounais tirées du droit de transit.

La China National Petroleum Corporation (Cnpc) et le gouvernement camerounais ont signé, courant novembre 2011 à Yaoundé, un protocole d’accord permettant le transport du brut du tchadien vers la Chine à partir du territoire camerounais d’ici la fin de l’année. La cérémonie se déroulait en présence des entreprises de droit américain commises à la gestion de l’oléoduc dans les deux pays, la Cameroon Oil Transportation Company (Cotco) et la Tchad Oil Transportation Company (Tocto), sans oublier Exxon Tchad.

Mis en service depuis 2003, le pipeline a jusqu’ici permis le transport du brut tchadien produit par le géant américain Exxon Mobil, Chevron et Petroliam Nasional, une société malaysienne.

Gritffiths Energy International, une société canadienne, est aussi en négociation avec les autorités camerounaises pour transporter son brut à travers le même oléoduc. Celle-ci a obtenu en fin d’année écoulée trois visas d’exportation pour explorer et produire dans le sud du Tchad. Encore au stade de l’exploration, elle cherche des solutions dans le cas d’une découverte de gisements.

Près de 37 millions de barils de brut tchadien ont été transportés à travers le pipeline en 2011 et à peu près le même volume en 2010. Depuis le début des opérations sur cet ouvrage de près de 1000 km qui va du sud du Tchad jusqu’à Kribi, le Cameroun a enregistré des recettes de près de 85,5 milliards F Cfa à titre de doits de transit. Nul doute que ces recettes connaîtront une augmentation substantielle à la faveur de l’entrée en scène d’un nouvel opérateur sur le pipeline.

GCM

Tag(s) : #TCHAD

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :