Genocide_Archive.jpgSelon nos sources, ces dernier jours N’djamena, capitale tchadienne subi une recrudescence des crimes crapuleux. « Il ne se passe pas une nuit sans qu’un cas d’assassinat ne soit signalé aux autorités», affirme une résidente. Presque chaque soir, des propriétaires motocycles, communément appelé «moto» sont tués.

Toujours selon nos sources, un phénomène nouveau a vu jour. Des hommes armés sillonnent la capitale et sèment la mort. « Ces hommes ciblent le plus souvent les détenteur des motos», confirme un autre habitant. Le dernier crime qui a alarmé toute la ville de N’Djamena est le meurtre du fils du Sultant Kachala Kasser.

Selon nos source, la victime Souleymane Kachala Kasser rentrait le soir à moto chez lui au Quartier Ridina, au centre sud de la ville. Arrivé à domicile, il frappe à la porte. Sa maman lui répond. En entendant le cliq cliq des clés, il arrête le moteur de sa moto. Brusquement, des hommes armés surgissent et l’abatte à bout portant. Ils s’emparent de la moto et disparaissent. Pas plus tard qu’hier, jeudi, un homme a été grièvement blessé et sa moto emportée.

Jusqu’au aujourd’hui, aucune réaction officielle des autorités face à la multiplication des ces crimes. Ce matin, la Police et la Gendarmerie vaguaient à leur occupation habituelle, celle de la sécurisation des différents carrefour «ronds points». Cette attitude des autorités exaspère les N’Djamenois.

Tag(s) : #LE MIROIR

Partager cet article