Au Tchad, le MPS, parti du président Deby, au pouvoir depuis 1990, rafle la mise aux élections municipales. L’opposition a beau contester un scrutin qu’elle estime entaché de fraude, la protestation a du mal à s’organiser.


Saad Adoum, analyste au programme Afrique centrale de l’International Crisis Group, est venu à Stuttgart pour évoquer les rouages politiques du pays. Ecoutez ci-dessous son analyse de la main-mise du MPS sur la vie politique du pays, qui s’explique, selon lui, à la fois par la dispersion de l’opposition mais aussi par le manque de pressions extérieures suffisantes sur les autorités de N’Djaména, en faveur d’une démocratisation du pays.
Auteur: Sandrine Blanchard
Edition: Marie-Ange Pioerron

http://www.dw.de/