Un rapport commandé par l'Union européenne dénonce la corruption et les conditions d'enquête sur la mort d'un des principaux opposants politiques d'Idriss Déby au Tchad en 2008 et estime possible le lancement d'une procédure internationale.

Ibni Oumar Mahamat Saleh, le 20 avril 2006. (ASSOCIATED PRESS)

Début février 2008. Idriss Déby, président autoritaire du Tchad depuis 1991, est retranché dans son palais assiégé. Des troupes rebelles soutenues par le Soudan ont décidé de mener une offensive sur la capitale N'Djamena, submergeant un temps l'armée régulière. Mais elles sont finalement repoussées, grâce à l'aide de la France, qui a fourni des renseignements et des munitions. Dans la confusion générale, l'opposant politique Ibni Oumar Mahamat Saleh, président du Parti pour les libertés et le développement, est enlevé. On ne le reverra jamais. Il a vraisemblablement été éxécuté...lire la suite sur lemonde.fr

Tag(s) : #POLITIQUE TCHAD

Partager cet article