Toute personne humaine mérite la justice

adoumaaaaaa.jpgCela fait bientôt 11 mois que le Colonel Adouma Hassaballah, leader tchadien de l'opposition  et dirigeant de l'Union des Forces pour le Changement et la Démocratie (UFCD) et Vice président de l’Union des Forces de la Résistance (UFR, Coalition de l’opposition politico-militaire) a été arrêté arbitrairement à Addis-Abeba en Ethiopie. Selon des informations dignes de foi, l’intéressé aurait été transféré à Ndjamena par le Directeur de l’ANS, Monsieur Mahamat ISMAEL CHAIBO. D’après cette même source, il aurait été exécuté de façon extrajudiciaire juste après son arrivée à Ndjamena. Cependant nous pensons qu’il pourrait aussi croupir dans une des geôles secrètes de la police politique de Deby.

Bénéficiant d’un visa de transit délivré dans des conditions normales par le consulat Ethiopien à Dubai, Monsieur Adouma a été interpellé sans motif par les autorités Ethiopiennes. Depuis lors, plusieurs démarches ont été entreprises par les organisations des défenses des droits de l’homme, des compagnons de lutte et la famille auprès du gouvernement éthiopiens et les missions diplomatiques de ce pays, afin de le localiser et exiger sa libération mais rien du tout. Selon nos informations, il aurait été livré par les éthiopiens aux soudanais puis à Ismael CHAIBO. Ce dernier l’aurait prit au bord d’un avion spécial direction Ndjamena. Nous invitons les démocrates, les défenseurs des Droits de l’homme (Fidh, Amnesty Internationale, Humann Right, ACAT…), aussi bien que tous ceux qui souhaitent que des leaders d'opinions tchadiens ne soient pas extradés car il est évident qu'ils seront exécutés de façon extrajudiciaire. Ce qui pourrait être le cas du colonel Adouma. Nous condamnons avec la dernière énergie ce transfert par la grâce des autorités soudanaises. Par la même occasion nous demandons à tous une mobilisation pour empêcher que Monsieur Adouma bénéficie de la justice quoi qu’il ait fait. Le comité de soutien à ADOUMA HASSABALLAH et la famille tiendront pour responsable le gouvernement tchadien qui doit avoir une justice équitable. Aussi, le comité et la famille se réserve le droit, de saisir dans les jours qui suivent, le groupe de travail des nations unies sur les détentions arbitraires. Nous saluons les démarches (communiqué...etc) du groupe d’initiative en vue de sa libération que nous avons d’ailleurs rejoint. A présent, il est clair qu’Adouma Hassaballah est entre les mains de la police politique du régime Deby, mort ou vif. Cet homme qui lutte contre cette dictature abjecte du Général-Président Deby ; ne mérite pour rien au monde le sort que lui ont fait subir les gouvernements Ethiopien, soudanais et tchadien. C’est pourquoi, nous exigeons qu’il  soit présenté devant un juge car nous craignons pour son intégrité physique et morale. D’autre part, le comité et la famille lancent un appel à toute l’opinion nationale et internationale, à toutes les organisations de défense de droits humains, les compagnons de lutte de l’opposition Tchadienne, les journalistes pour peser de tous leurs poids fin qu’Adouma Hassaballah ait la justice.


POUR LE COMITE DE SOUTIEN A L’OPPOSANT ADOUMA HASSABALLAH

Mohamed Saleh

 

Tag(s) : #DROIT DE L'HOMME

Partager cet article